MARC AUGÉ

« Imaginer le futur, c’est une façon de valider le présent » par Gema Lozano

La modernité a toujours aimé appuyer sur l’accélérateur. Elle a atteint une telle vitesse qu’à un certain moment, elle est allée trop vite. C’est pourquoi, depuis quelque temps, des auteurs comme Lyotards parlent de postmodernité. Marc Augé (né à Poitiers en 1935) préfère le terme de surmodernité. Selon lui, c’est le terme qui reflète le mieux le surplus de modernité dont nous souffrons.

Pour l’anthropologue français, c’est la mondialisation qui a engendré les excès de la surmodernité : un excès d’espace qui, paradoxalement, trouve sa source dans le rapprochement des différentes cultures ; un excès d’individualisme et un excès de temps dû à l’accélération de l’histoire elle-même.

Dans la surmodernité, le passé n’existe pratiquement pas. On l’oublie trop vite. Tout est vécu au présent et si rapidement qu’il est même difficile de songer à l’avenir. Cette tâche est reléguée aux anthropologues et aux penseurs tels que Marc Augé lui-même.

Extrait de YOROKOBU.ES

Copyright ©2022 Homebathcompany - Tous droits réservés